"Pour nous raconter cette histoire, Loïc Barrière se glisse habilement dans la peau de Rachid, un jeune garçon de 10 ans doux et aimant, doué pour les études et rêvant de chevaux et d'aventures qui, devenu orphelin suite au massacre initial de cette tribu - auquel il a miraculeusement échappé -, partira rejoindre l'émir, lequel le prendra sous sa protection et le considérera comme son fils. La conquête de l'Algérie est ainsi évoquée au travers des différentes étapes de la résistance d'Abd el-Kader, de manière vivante et très concrète, au plus près des sensations et des émotions, des rêves et des réflexions de ce jeune héros qui par ses aspirations ressemble déjà un peu à son maître et s'initiera à la vie auprès de lui et de son entourage. Et, dans un épilogue nous transportant à Damas en 1883, juste après la mort d'Abd-el Kader, nous retrouvons Rachid vieilli qui lui rend un dernier hommage en récapitulant leur double parcours."

 

"Le roman d'Abd el-Kader" de Loïc Barrière - L'Or des livres

Après la deuxième guerre mondiale, on oppose en effet volontiers dans ces ouvrages "la rationalité étatique et son efficacité (...) au morcellement tribal, la modernité technologique occidentale à l'arriération arabe, les lumières de l'éducation à l'obscurantisme de l'islam", présentant le cavalier numide comme "un combattant valeureux et opposant coriace, rendant la victoire sur lui d'autant plus glorieuse", analyse à ce propos Françoise Lantheaume .

http://l-or-des-livres-blog-de-critique-litteraire.over-blog.com